Et je veux encore lever un malentendu : dans notre projet, aucun dollar fédéral ne sera utilisé pour financer les avortements, et les lois fédérales protégeant la clause de conscience seront maintenues.

A déclaré Obama, durant son discours sur la réforme de la Santé donné aux deux chambres réunies, mercredi dernier.


Présidé par le député Hervé Mariton (photo ci-contre) , un groupe de travail de trente-deux parlementaires UMP a publié cet été un rapport original sur les perspectives de « reprise en main » de la droite politique sur les « questions de société ». Famille et transmission, bioéthique, place des femmes, individualisme, identité… les questions qui fâchent sont abordées de front. Pas de conversion spectaculaire dans cette démarche, mais une liberté de ton honnête et courageuse qui mérite d’être saluée. L’avortement figure dans le panorama des « sujets sensibles qui méritent une vigilance particulière du politique ». Liberté Politique commente abondamment ce rapport par les voix de Pierre-Olivier Arduin et Cécile Edel...


Un chirurgien réputé, spécialiste du cancer du sein a écrit un nouvel article dans une revue médicale, écrivant que l'avortement augmente le risque de cancer du sein pour les femmes. En revanche, une fausse couche n'a pas d'effets, et une grossesse menée à terme réduit le risque.


Qui a dit que le sujet de l'avortement était clos en France? Suite à un article dans Libération sur les cinq planning familiaux qui pourront désormais procéder à une IVG médicamenteuses, les commentaires fusent. Bref rappel des faits : cette autorisation a été donnée par la mairie de Paris, constatant une augmentation des délais pour l'obtention d'une IVG.


"Il en coûterait au monde 23 milliards de dollars par an pour mettre un terme aux grossesses non désirées et aux décès pendant les accouchements", a plaidé Thoraya Ahmed Obaid, directrice exécutive des Fonds des Nations Unies pour la population (UNFPA), ou plutôt l'anti-population.


Un médecin australien, Adrienne Freeman, a reçu une lettre d'avertissement du Conseil Médical de Queensland pour avoir administré le RU 486 à une femme enceinte de 20 semaines. A ce stade de la grossesse, la pilule abortive met en effet la vie de la femme en danger.


Le ministre espagnol de la Justice, Francisco Caamaño, s’est exprimé il y a quelques jours devant les caméras de télévision pour faire savoir qu’à défaut d’une disposition explicite de la loi, les médecins ne pourront pas invoquer une quelconque « objection de conscience » pour refuser de pratiquer un avortement. Refuser de se soumettre aux lois civiles, a martelé le ministre, équivaudrait à de la « désobéissance civile ».


Le Collège des médecins du Québec a déposé mardi matin ses recommandations sur les conditions de pratique de l'avortement dans les cliniques.

Le gouvernement du Québec a alors annoncé que la pratique de l'interruption volontaire de grossesse (IVG) ne serait pas soumise aux nouvelles normes imposées aux cliniques privées par la loi 34.


Les nouvelles normes contenues dans la loi 34 encadrant et durcissant la pratique de l'interruption volontaire de la grossesse (IVG) dans les cliniques privées continuent de susciter le débat. De nouvelles révélations de Radio-Canada laissent croire que les directives, qui risquent de restreindre la pratique de l'avortement, viendraient du Collège des médecins du Québec, qui en a déjà rejeté une paternité attribué par le ministre de la santé, lui-même attaqué sur ce terrain. L'avortement n'a pas terminé de faire débat au Canada.


Alors que l'on parle de vaccins pour la pandémie de la grippe H1N1, il est intéressant de rappeler que de nombreux vaccins sont élaborés à partir de foetus avortés.

Déjà en 2005 l'académie pontificale avait déjà dénoncé cette pratique et réalisé une liste de vaccins utilisant des cellules de foetus avortés.


Le projet de loi 34 encadre une cinquantaine de chirurgies au privé, dont les interruptions volontaires de grossesse (IVG). À compter du 30 septembre, les cliniques doivent se faire reconnaître comme des cliniques médicales spécialisées (CMS) pour pratiquer des avortements remboursés par la RAMQ, ce qui nécessite un permis délivré par le ministère. Sans permis, les cliniques devront cesser leurs opérations.


Le CD lancé par le Mouvement d’Aide à la Maternité (MAM) le 28 juillet, à la découverte de la sexualité, a reçu les félicitations de la ministre de la Femme qui en a profité pour se prononcer sur l’avortement. Elle explique, à cet effet, qu’il est important «de privilégier la vie» sur le dossier de l’avortement.


ÔYOFÔ , qui signifie Amour, a été fondée en décembre 2005 sous l’impulsion de jeunes Chrétiens Catholiques préoccupés par la banalisation de l’avortement en côte d'ivoire, pourtant interdit (sauf en cas de danger pour la vie de la mère), mais parfois pratiqué clandestinement.

 


Le bateau ayant procédé à des avortements dans les eaux internationales après avoir embarqué des femmes de pays où la législation l'interdit ne voguera plus. En 2004, les bateaux de guerre portugais l'avaient empêché d'accoster. Plus récemment, le "bateau de l'avortement" s'est rendu sur les côtes espagnoles. Raison de l'arrêt de son activité : le changement de législation dans le pays d'origine du bateau : la Hollande.


Jusqu'à présent, l'italie interdisait l'usage de ce produit dont l'indication est une grossesse confirmée.  L'Italie a finalement dû accepter une ouverture au nom de la liberté de commerce, le produit étant reconnu au niveau de l'Union Européenne.


Carlos Morin, qui possédait plusieurs cliniques d'avortement et réalisait des avortements illégaux a été réinstallé par le collège médical de Barcelone.

Une décision qui intervient un an après que lui et son équipe aient été accusés de réaliser des avortements tardifs illégaux, jusqu'à huit semaines de grossesse.


A la demande du Président, 10 millions de dollars supplémentaires devraient être accordés au "business" de l'avortement. En tout, le Planning familial recevrait cette année 317 millions de dollars.

Cette décision est très attendue une semaine après que Barack Obama ait annoncé au Pape sa volonté de s'employer à faire diminuer le nombre des avortements aux Etats-Unis (photo ci-contre).


Le Conseil constitutionnel a annulé la disposition qui entendait mettre en place, par expérimentation régionale, la pratique de l'avortement médicamenteux par les sages-femmes. Raison invoquée : l'absence de précision sur les délais d'une telle expérimentation.


La cour européenne des droits de l'homme a envoyé un cas juridique sur l'avortement devant la Grand Chambre. Le cas concerne la loi Irlandaise qui interdit l'avortement dans la plupart des cas. La décision juridique finale pourrait avoir un impact dans toute l'Union. Les pro-avortement ne cachent pas leur volonté de s'attaquer aux lois pro-vie irlandaises.


Suite au débat qu’il a ouvert sur l’avortement, le ministère des Droits de la Femme a reçu 17 propositions. La loi régissant l’avortement, datée de 1838, sera-t-elle maintenue, amendée ou est-ce qu’une nouvelle loi la remplacera? La question reste posée.

Auparavant, le ministère des Droits de la Femme avait fixé une date limite, le 31 mai 2009, pour recueillir ces soumissions. Mais à l’échéance, déception…


Syndicate content