Le Pape relance les mouvements pro-vie d'Italie

PDF versionPDF version

Le pape a dénoncé lundi le droit à l'avortement, voté il y a trente ans en Italie, estimant qu'il avait "infligé une nouvelle blessure" à la société et a appelé à des mesures en faveur de la famille, en recevant des représentants du "Mouvement pour la vie". Un discours qui fait suite non seulement à la propostion de moratoire mondial sur l'avortement lancée par l'Italie et la pologne, mais aussi à la visite du Pape aux Etats-Unis, où il avait là aussi dénoncé l'avortement.

La défense de la vie est devenue aujourd'hui plus difficile car il s'est créé peu à peu une mentalité qui a avili sa valeur, a-t-il estimé devant des membres de cette association italienne, opposée au droit à l'avortement et à l'euthanasie, ajoutant que le recours à l'avortement témoignait "d'une méfiance croissante envers l'avenir".

 

"Avoir autorisé le recours à l'interruption de grossesse, non seulement n'a pas résolu les problèmes dont souffrent les femmes mais a infligé une nouvelle blessure dans notre société", a déclaré Benoît XVI dans son discours. 

 

Il a en conséquence jugé "nécessaire d'unir les efforts pour que les différentes institutions replacent de nouveau la défense de la vie au centre de leur action et accordent une attention prioritaire à la famille".

 

Selon les derniers chiffres du ministère de la Santé, le nombre d'avortements est passé entre 2003 et 2007 de 131.018 à 127.038, soit un recul de 3%. Les avortements clandestins sont également en baisse et se situeraient aux alentours de 15.000 par an.

 

Sources : Le Figaro, La Croix