Le "bateau de l'avortement" fait des remous en Espagne

PDF versionPDF version

Le "bateau de l'avortement", navire de l'association néerlandaise Women on Waves, est arrivé jeudi (photo ci-contre) dans la soirée dans le port de Valence (Espagne), où il a été accueilli par une manifestation d'adversaires de l'avortement, ont rapporté les médias espagnols.

 

Le bateau, sorte de clinique flottante, prévoit d'embarquer des femmes à partir de vendredi pour pratiquer des avortements dans les eaux internationales au large de l'Espagne, a expliqué sur son site internet Women on Waves.

Le navire battant pavillon des Pays-Bas, les avortements pratiqués à bord se font dans le cadre de la loi néerlandaise, plus libérale que la législation espagnole en la matière.

L'association anti-avortement Provida (Provie) de Valence s'est mobilisée hier à l'arrivée du bateau en montant à bord de plusieurs embarcations. Une centaine de militants de cette association anti-avortement espagnole ont protesté jeudi soir contre l'arrivée du navire, certains criant "Assassins" et "Non à l'avortement". 

Le 15 Octobre :

 

La prochaine arrivée à Valence (sud-est), du "bateau de l'avortement", sorte de clinique flottante montée par une association néerlandaise, fait des remous en Espagne, où elle soulève les protestations des milieux anti-avortements.

Ce bateau, qui doit accoster jeudi à Valence, prévoit d'embarquer vendredi plusieurs femmes pour "pratiquer des avortements" à bord, dans les eaux internationales au large de l'Espagne, sous la législation plus libérale des Pays-Bas puisque le bateau bat pavillon néerlandais, a expliqué l'association Women on waves sur son site internet.

Cette "initiative symbolique", permettra "pour la première fois dans l'histoire récente de l'Espagne, de pratiquer des avortements en marge de la loi espagnole, mais sans l'enfreindre", a expliqué en début de semaine le gynécologue espagnol Josep Lluis Carbonell, l'un des promoteurs de cette opération.

Avant même l'arrivée du bateau, l'initiative, soutenue par plusieurs associations espagnoles, a provoqué de vives réactions.

L'association anti-avortement Provida (Pro-vie en français) de Valence a prévu de se mobiliser jeudi à l'arrivée du bateau en montant à bord de plusieurs embarcations. La maire conservatrice de Valence Rita Barbera a qualifié cette initiative de "provocation qui suscite l'indignation".

"Je suis contre, personnellement contre ce bateau", a-t-elle déclaré mardi.

En Espagne, l'IVG est dépénalisé en cas de viols (avortements dans un délai maximum de 12 semaines de grossesse), de malformations du foetus (22 semaines) et lorsqu'il y a "danger pour la santé physique ou psychique de la mère" (sans limitation de temps).

Le gouvernement espagnol a annoncé qu'une nouvelle loi sur l'avortement serait présentée au Congrès des députés au premier semestre 2009, sans en dévoiler les détails.

Le bateau de Women on waves a déjà visité l'Irlande en 2001, la Pologne en 2003 et le Portugal en 2004 (photo ci-contre), où l'avortement était très strictement limité (le Portugal l'a finalement autorisé en 2007), soulevant là aussi des protestations.

Le bateau avait été visé en 2004 par une interdiction de prendre le large, finalement levée en 2007 par le gouvernement néerlandais.

 

Source : Romandie.com, AFP via Google