Le foetus découvert dans une station d'épuration est âgé de plus de 6 mois

PDF versionPDF version

L'examen médico-légal du corps découvert vendredi à Muret a été pratiqué hier à l'hôpital Rangueil.

À l'issue de l'autopsie du fœtus découvert vendredi après-midi dans le bac de dépotage de vidange de la station d'épuration, exploitée par Véolia pour le compte de la ville, les gendarmes de la brigade des recherches de Muret ne sont pas plus avancés (lire l'article précédent).

L'examen médico-légal du petit corps qui a duré près de deux heures n'a apporté aucun élément ni sur son sexe, ni sur son âge, encore moins sur la date du décès. L'analyse ne peut déterminer s'il s'agit d'une fausse couche, d'un avortement clandestin ou d'un enfant mort-né.

Les premières constatations du médecin légiste laissent toutefois penser que le fœtus serait âgé de 6 à 7 mois. Cette macabre découverte, dans un site sordide et nauséabond, a suscité beaucoup d'émoi mais aussi de nombreuses interrogations sur les circonstances de ce drame, vraisemblablement issu de la détresse d'une jeune maman. L'enquête qui s'annonce complexe n'en est pas pour autant terminée. Les gendarmes poursuivent leurs recherches pour identifier la mère et éventuellement des complicités.

Le parquet a précisé hier soir que d'autres analyses allaient être demandées à un laboratoire spécialisé, à Marseille. Objectif de ces nouvelles investigations, connaître l'ADN de l'embryon qui au vu de son état de décomposition, aurait séjourné plusieurs jours dans le bac de décantation.

Source :