Etats-Unis

30 millions de dollars contre McCain

On savait que les pro-avortement avaient les moyens. Trois groupes pro-avortement (le planning familial américain, la liste d'Emilie, et le groupe NARAL) ont confirmé une dépense de 30 millions de dollars contre McCain. Cet somme considérable sera vraisemblablement dépensé durant les deux derniers mois de campagne. Le directeur du groupe NARAL constate en effet que le ticket américain est le plus pro-vie de l'histoire du parti républicain.

Le ticket Obama-Biden s'explique

La question de l'avortement fait toujours la une aux Etats-Unis. La réponse d'Obama "above my pay grade" à la question "Quand un bébé a-t-il des droits ?" est devenue si célèbre aux Etats Unis, avec en plus une attaque de Sarah palin, qu'il fallait désamorcer la crise.D'un côté, Obama a reconnu que cette réponse était trop évasive, trop langue-de-bois et a entrepris de se réexprimer sur le sujet

Sarah Palin et John McCain, duo très pro-vie

Fervente chrétienne de confession protestante, Mme Palin, mariée et mère de cinq enfants, est farouchement hostile à l'avortement. Sachant avant la naissance de son cinquième enfant que celui-ci était atteint de mongolisme, elle a refusé de se faire avorter ce qui en fait une héroïne des conservateurs religieux du pays. Or comme on le sait, l'Amérique reste encore très religieuse. L'annonce d'une éventuelle future vice présidente très pro-vie et pro-famille a "électrisé", et a été considéré comme "brillant" par des leader conservateurs.

Obama accusé de soutenir les infanticides

Obama a été cette semaine sous le feu nourri des pro-vie. Son rival John McCain ne s’est pas non plus privé de l’accuser de soutenir l’infanticide. En effet, le passé de Barack Obama lui revient comme un boomerang. Ce dernier avait en effet voté contre une loi visant à protéger et à soigner les bébés survivant à des avortements. Il s’était justifié, arguant qu’il aurait voté pour si la loi avait été rédigé autrement.

John McCain pour "la fin" de l'avortement

(Reuters)

Le candidat à la présidentielle américaine John McCain avait déjà laissé entendre qu'il était favorable à l'annulation de la jurisprudence de la Cour suprême Roe vs Wad selon laquelle les Etats ne peuvent interdire l'avortement. Il est désormais allé plus loin sur son site Internet, à la page intitulée "Dignité humaine et vie sacrée"'. Cette infirmation ne serait, selon lui, que "le premier pas" vers la "fin de l'avortement".

Le droit à l'avortement utilisé à des fins racistes

Une violente polémique est née dans la communauté afro-américaine. En effet, le planning familial américain, l’institution possédant la majeur partie des cliniques d’avortement aux Etats-Unis, est accusé une nouvelle fois de favoriser le racisme anti-noir. Il existerait des donations racistes dédiées à financer les avortements des noirs en Amérique.

Une loi de 1887 utilisée pour lutter contre l’avortement tardif

Une histoire qui fait grand bruit outre-Atlantique. En effet, au Kansas, les association pro-vie luttent depuis plusieurs années contre la clinique du docteur Tiller, une des rares à pratiquer l’avortement tardif dans l’Etat. Cette fois, les juristes ont trouvé une loi de 1887 permettant la constitution d’un grand jury pour enquêter sur une présomption criminelle. Un travail généralement réservé au procureur.

Le planning familial américain veut éviter le procès à tout prix

Kansas : le procureur Phill Kline se défendait hier devant la cour suprême de justice du Kansas suite à un procès intenté par le planning familial américain. Ce dernier utilise tous les recours possibles pour récupérer ses dossiers d’avortement, preuves présumées de 107 infractions aux lois américaines sur l’avortement tardif.

L'actualité pro-vie américaine s'enflamme

Résumé de l'actualité chargée sur l'avortement aux Etats-Unis : en Ohio, au Missouri, Dakota du Sud ainsi a Californie le Colorado, le Minnesota et enfin la  Virginie et le  Michigan

Les américains majoritairement contre l'avortement

Sondage avortement ivgConcernant l'avortement, 48% des américains pensent que l'avortement est moralement condamnable quand 40% déclarent l'inverse. Le sondage de juin 2007 avait trouvé une dichotomie 51% vs. 40% dans le même sens.

Syndicate content