France

Mobilisation contre la campagne de promotion de l'avortement par la région

Les étudiants pro-vie et l'association Choisir la Vie, fer de lance de la Marche 2010 qui a réuni environ 20000 personnes le 17 janvier dernier lancent une grande campagne de protestation contre l'affichage massif d'affiches promouvant l'avortement. Une campagne contre la région, à quelques mois des régionnales, qui finance l'opération d'un coût de 300 000 euros.

Affichage publicitaire pour l'avortement : le planning familial récidive

Du 19 jusqu'au 27 janvier, 770 affiches vont être déployées dans les gares d'Ile-de-France et le métro parisien afin de faire la promotion, notamment de l'avortement. Et ce, pour la troisième année consécutive.Toujours financé par le Conseil Régionnal.

Grand succès de la Marche pour la vie parisienne

La 6ème édition de la marche pour la vie s'est déroulée hier sous les meilleurs auspices. Sous une météo clémente, environ 20000 personnes ont marché pour la Vie. Un chiffre qui semble fiable puisque 4500 exemplaires d'un dossier sur l'avortement a été distribué aux manifestants, et l'on estime que moins de un sur quatre l'a reçu (il n'est pas aisé de distribuer des dossiers à des milliers de personnes, sans compter les nombreux enfants présents).

Plus de photos sur le site de la Marche
Les vidéos sur le site de la Marche

Trois centres d'IVG ferment en île-de-France

Plusieurs centres d'interruptions volontaires de grossesse (IVG) ferment en Ile-de-France : Jean Rostand à Ivry-sur-Seine, Tenon dans le 20e arrondissement de Paris et Broussais dans le 14e. Ces fermetures interviennent "dans le cadre de restructurations hospitalières de l'Assistance-publique-Hôpitaux de Paris" (AP-HP).

L'avortement (IVG) chez les mineur

Suite à des question d'une internaute, nous publions la réponse envoyée, pour faire l'état des lieux de l'avortement chez les mineurs. Quels facteurs socio culturels peuvent expliquer un taux d' avortement plus élevés chez les adolescentes? Information et prévention sur la contraception? Les démarches pour les mieneurs et l'accompagnement psychologique.

Le collectif "30 ans ça suffit" se prépare à marcher

Comme chaque année, le collectif "En marche pour la vie" va marche contre la loi Veil le 17 janvier prochain. Pour l'édition 2010, le collectif se modernise et fait du buzz : le collectif dote d'un nouveau site Internet, et lance une pétition pour le droit à l'information des mères enceintes. Il est aussi possible de réserver des t-shirt ou bandanas. Plusieurs millers de marcheurs sont attendus.

Les grossesses précoces préoccupent le ministre français de l'éducation

Le ministre de l'Education réfléchit à un système permettant aux jeunes filles de se procurer un contraceptif auprès d'un médecin, gratuitement et anonymement. La création par Ségolène Royal des «chèques contraception» pour limiter les grossesses précoces en Poitou-Charentes n'en finit pas de susciter des réactions. Très opposé à la proposition lancée en novembre dernier par l'ex-candidate à la présidentielle, Luc Chatel juge cependant le sujet de la contraception des jeunes filles mineures préoccupant.  Les mineures représentaient 6 % des femmes ayant eu une IVG en 2007.

Quand l'avortement dérive en eugénisme

Figure lyonnaise du monde médical, expert en échographie aux Hospices civils de Lyon, le docteur Albert Rebaud rebondit sur la récente polémique de dérives eugénistes dans le dépistage prénatal : "On a tendance à passer d'un dépistage de prévention à une sorte de conditionnement à la suppression", assène-t-il.

"Je trouve quil y a un acharnement à dépister lenfant trisomique. [...] Notre société induit aux parents que ces enfants n'ont pas de place parmi nous. On pourrait avoir le même acharnement à faire en sorte que la société les accueille."

"Je pose la question de la pression médico-légale et du désir des parents de l'enfant parfait. On peut être très handicapé comme le pianiste Michel Petrucciani, on peut sappeler Mimie Mathy et avoir une vie formidable." Il a joute "J'ai vu des patientes aller en Espagne ou en Angleterre où les délais de lIVG sont plus longs se faire avorter pour un simple bec de lièvre parfaitement opérable ou des malformations de membres (pied bot, absence dune main). Lorsquon a décelé soi-même ces minimes anomalies qui conduisent certains à faire une IVG, on se sent responsable. Ma femme a arrêté le métier d'échographiste pour cette raison."

Liberte politique organise un colloque sur l'IVG

Le député de la Drôme Hervé Mariton reconnaissait que l’avortement ne pouvait demeurer un sujet tabou et que la question devait de nouveau être abordée sans passion et sans faux-semblant (Le Figaro, 16 juillet). Malgré une diffusion massive de la contraception en France, le taux d’IVG reste très important, proportionnellement deux fois plus élevé qu’en Allemagne par exemple. Les pouvoirs publics ont récemment manifesté leur inquiétude en raison d’un recours accru chez les jeunes femmes de moins de 20 ans. De même, le syndrome post-avortement commence à percer la chape de plomb qui le recouvrait. Enfin, de nombreuses associations font état d’un manque de liberté dans le choix des femmes confrontées à une grossesse imprévue, un constat qui trouve écho dans les discours de certains médecins pourtant eux-mêmes favorables à l’IVG. Aucune alternative n’est véritablement proposée, le droit à une information loyale est quasiment inexistant.

Plusieurs conférenciers nourriront la réflexion des participants dans un colloque le 9 janvier prochain :

Mgr Jacques Suaudeau, directeur scientifique de l’Académie pontificale pour la Vie, Caroline Roux, secrétaire de l’Alliance pour les droits de la Vie, le Père Jean-Régis Fropo qui a publié un ouvrage sur le syndrome post-avortement, Cécile Edel, présidente de Choisir la Vie, Pierre-Olivier Arduin, directeur de la commission bioéthique du diocèse, analyste de la revue Liberté politique.

Source (et programme de la journée) : Liberté Politique

Statistiques de l'avortement 2008 (archive)

Les statistiques sur l'avortement ont généralement deux ans de retard. Les dernières statistiques, publiées en 2008, portent sur l'année 2006. Le nombre d’avortement est évalué en France métropolitaine à 209700 en 2006, d’où un taux d’avortement de 14,5 pour mille.

Syndicate content