France

Nomination d'un "anti-avortement": Bousquet (PS) et le PCF interpellent Bachelot

La vice-présidente PS de l'Assemblée nationale et le PCF ont interpellé mardi la ministre de la Santé Roselyne Bachelot sur la nomination, à la direction de l'établissement public de santé mentale de la Marne, d'un médecin qui fut un activiste anti-avortement dans les années 90. On pourrait se demander si cette interpellation ne relève pas d'une atteinte à la liberté d'opinion.

Un militant anti-avortement patron de la santé mentale de la Marne

Le ministère de la Santé vient de nommer, cette semaine, Xavier Dousseau, 54 ans, directeur de l'Établissement public de santé mentale de la Marne (EPSMM) pour succéder à Claude Haudier.La nomination, qui doit être effective le 1er janvier prochain, aurait pu passer inaperçue sauf que des salariés marnais s'émeuvent du passé de leur futur patron, malgré sa réputation d'excellent gestionnaire.

Podcast France Info

Les progrès techniques ont changé notre regard sur l’avortement, explique le docteur Marie-Laure Brival.  Elle est présidente de l’ANCIC, l’association nationale des centres d’interruption de grossesse et de contraception (0'56). Elle explique comment l'imagerie médiacale a révolutionné la vision de l'avortement. Ces images est un "nouvel élément qui dit à la femme 'tu es en train de tuer un individu' "

Denis Jannet est gynécologue-obstétricien à Saint-Antoine. Il estime que le centre de est déjà aux limites de ses capacités d’accueil.  (0'56). Il explique que son hôpital est à "flux tendu". Notons que ce terme est un terme de logistique industrielle. A noter que pour lui les femmes sont en détresse psycholoqique "de toute façon".

Ordonnances falsifiées : la spirale infernale après un avortement

Un couple a comparu hier devant le tribunal correctionnel pour avoir volé et falsifié des ordonnances en vue de se faire remettre toutes sortes de calmants. Ils ont été arrêtés dans une pharmacie mardi à Strasbourg. « Je suis tombée dans une spirale. J'avais besoin d'oublier le meurtre de mon bébé. J'ai voulu me sortir de la réalité. Je me suis défoncée. Je me suis même piquée, j'ai pris beaucoup de produits », avoue la prévenue, confiant son mal-être à ses juges.

Chapelet contre l'avortement sous les insultes à Bordeaux

Le « chapelet pour la Vie » organisé par l’association catholique, Sos Tout Petits, a été très animé à Bordeaux. Plusieurs dizaines de militants d’extrême gauche, menés par le NPA, des associations féministes et des marginaux regroupés sous la banderole « Burdigala anti-fa »  se sont mis à insulter les familles à genoux. De même pour les autres manifestations qui étaient organisées à Paris, Nante, Poitier, Grenoble...

Ségolène Royal : "Le drame humain que représentent les avortements sur les jeunes filles mérite une action courageuse"

Ségolène Royal a confirmé vendredi à Poitiers que des chèques-contraception seraient envoyés dès lundi à 90 lycées de la région Poitou-Charentes et ce, malgré l'opposition du ministre de l'Education nationale Luc Chatel. “C'est une question de santé publique, de justice sociale. Le drame humain que représentent les avortements sur les jeunes filles méritent une action courageuse!”, a avancé Ségolène Royal. “Il est très important que le ministère facilite les choses et ne mette pas d'obstacles, de bureaucratie à une action qui est tout à fait légitime et va concerner des milliers de jeunes filles qui éviteront ainsi l'avortement”, a-t-elle jugé. Cependant, les statistiques ont prouvé (notamment en France) qu'une hausse de la contraception ne s'accompagne pas d'une baisse du taux d'avortement.

L'UNEF de science-po appelle à "perturber" un rassemblement anti-avortement

L'UNEF Sciences Po a appelé à "perturber" samedi une manifestation de catholiques « CHAPELET POUR LA VIE », qui dénonce le droit à l'avortement. La contre-manifestation a été appelée à l'initiative du collectir "Ovaires et contre tout".Ce contre-rassemblement est organisé à l'initiative du Collectif "Ovaires et Contre Tout" dont voici le communiqué :

La manifestation est en fait organsiée par la branche bordelaise de ll'association SOS Tout-Petit.

Source : Unef Science-Po Bordeaux

Les étudiants pro-vie de France tienne leurs promesses : conférence le 20 novembre

Après un lancement très orienté Facebook (l'association des étudiants pro-vie revendique désormais déjà près de 2000 membres sur leur groupe), les Etudiants pro-vie s'attaquent désormais à la formation des étudiants sur le terrain.
 
C'est Cécile Bonavia, membre de la fondation Jérôme Lejeune qui a accepté de tenir une conférence triptyque.  En effet, la conférence se déclinera sur trois thèmes : l'acte l'avortement du point de vue scientifique et éthique, ainsi que les principales aides aux femmes en détresse (soutien, aides financières, maisons d'accueil,etc).
 
La conférence se tiendra à Paris à 20h30 au 70, rue Falguière 75015 Paris (métro pasteur)
 
Source : Etudiantsprovie.com
Contact: contact@etudiantsprovie.com

EllaOne : une aubaine financière pour HRA Pharma

Alors que le chiffre d'affaire du Norlevo a reculé de 17% l'an dernier, la nouvelle pilule ellaOne (également appelée pilule du surlendemain) se révèle être un gage de croissance pour le petit laboratoire français HRA Pharma, producteur de ces deux contraceptifs d'urgence. Sa directrice générale, Erin Gainer, n'hésite pas à prédire qu'ellaOne devrait être, "d'ici à deux ou trois ans, [leur] premier produit, tous pays confondus".

Pour cela, HRA Pharma ouvre des filiales en Allemagne, Grande-Bretagne, Italie et bientôt Espagne. Le laboratoire, dont le chiffre d'affaires atteindra 35 millions d'euros cette année, avec une rentabilité annuelle de 5% à 12%. Tel était le souhait de son créateur, André Ulmann, un ancien de Roussel Uclaf qui avait été responsable de la pilule abortive RU 486.

Source : Le Figaro via la revue de presse gènéthique

"Le plus gros problème, c'est le retour de la morale sur la sexualité des personnes"

Sur le site de l'Indépendant, les responsables du planning familial de l'Aude dénoncent "le retour de la morale", alors que la subvention de l'Etat est en baisse de 7 200 euros pour ce cente qui enploie tout de même quatre salariées, dont trois CDI.

"L'avortement est de plus en plus souvent remis en question, on est en recul par rapport aux années 70", déclare Michel Pujol. "Le plus gros problème, c'est le retour de la morale sur la sexualité des personnes, ça empêche une réelle prévention", déplore Emmanuelle Sanchez.

Source : L'indépendant

Syndicate content