contraception

Pr Philippe Deruelle : "La généralisation de la contraception n’a pas d’impact sur le taux d’IVG"

 En juin 2012, la Drees (Direction de la recherche, des études, des évaluations et des statistiques) a publié une étude portant notamment sur l’interruption volontaire de grossesse (IVG), dont il ressort qu’en 2010, 212 000 femmes ont eu recours à l’IVG. Dans le même temps, la Drees constate que "91% des femmes déclarent utiliser un moyen de contraception, et en particulier les deux tiers de celles qui recourent à l’IVG". Enfin, ce sont "les femmes de 20 à 24 ans [qui recourent le plus] à l’IVG, suivies de leurs cadettes, dont 12 000 mineures en 2010". 

Face à cette étude et devant l’évidence, le Pr Philippe Deruelle, secrétaire général du Collège national des gynécologues-obstétriciens de France, déclare : "la déception, de nouveau, devant ces résultats, c’est que la généralisation de la contraception n’a pas d’impact sur le taux d’IVG". 

Pour le Pr Philippe Deruelle, "l’information est insuffisante et inégale. L’accès à la contraception ne peut être un geste caché, facile et automatique". Il ajoute : "les jeunes doivent avoir des conseillers. Il faut énormément de moyens et cela suppose une volonté politique". 
 

 

La Vie (Joséphine Bataille) 02/08/12

Lassitude croissante pour la pilule

"J’ai arrêté. Je n’en pouvais plus !", c’est le constat fait par de plus en plus de jeunes femmes qui ont longtemps pris la pilule. Un généraliste effectuant aussi des consultations gynécologiques en région parisienne confie : "Mes patientes se posent de plus en plus de questions. Ces derniers mois, pas une semaine ne se passe sans que l’une d’entre elles ne vienne me voir pour trouver une autre forme de contraception. Elles ont toutes quasiment le même profil : jeunes femmes actives de 25 à 35 ans, sous pilule depuis 10 ans ou plus, la plupart en couple stable depuis plusieurs années."

Trois IVG sur quatre concernent des femmes sous contraception

La France enregistre chaque année 200 000 avortements, indique un rapport de l'Inspection générale des affaires sociales (Igas). Un chiffre qui reste stable d'année en année. Au point, note le rapport, qu'« on estime que 40% des femmes en France auront recours à l'avortement au cours de leur vie ».

L'avortement (IVG) chez les mineur

Suite à des question d'une internaute, nous publions la réponse envoyée, pour faire l'état des lieux de l'avortement chez les mineurs. Quels facteurs socio culturels peuvent expliquer un taux d' avortement plus élevés chez les adolescentes? Information et prévention sur la contraception? Les démarches pour les mieneurs et l'accompagnement psychologique.

Syndicate content