espagne

Espagne : sortie de Blood Money, un documentaire sur l’avortement

Le film Blood money. La valeur d’une vie, du cinéaste américain David K.Kyle, est sorti en Espagne le 8 octobre 2010. Ce documentaire, sorti aux Etats-Unis en mai 2010, retrace l’histoire de l’avortement aux Etats-Unis depuis les premières politiques publiques de planification familiale en passant par la décision Roe contre Wade et dénonce le commerce de l’avortement qui s’est installé. Il a réactivé le débat sur l’IVG dans la société d’Amérique du Nord.

En Espagne, le film a été adapté à la réalité sociale, juridique et politique de l’avortement dans le pays. Le gouvernement espagnol a décidé que le film serait interdit aux moins de 18 ans. Selon le site Hasteoir.org, cette décision est arbitraire car "aucun élément du long métrage documentaire du cinéaste David Kyle, qu’il s’agisse du scénario, des témoignages ou des aspects visuels ne justifie la décision prise" par le gouvernement. D’après la nouvelle loi sur l’avortement, les mineures ont pourtant le droit d’avorter sans l’accord de leurs parents.

Source : Hazteoir.org via la revue de presse gènéthique

Pas d'objection de conscience pour les médecins espagnols

La « Junta » (communauté de gouvernement autonome), vient de de lancer une campagne d'« information » avertissant les médecins qu'ils ne pourront pas exercer leur droit à l'objection de conscience contre l'avortement dans le cadre de la nouvelle loi entrée en vigueur début juillet.

Les Conseils de santé des centres de santé « primaire » ont multiplié les réunions cet été dans la province pour faire établir que seules «les personnes directement impliquées dans l'interruption de la grossesse, c'est-à-dire les gynécologues et les anesthésistes qui réalisent l'acte chirurgical» peuvent invoquer ce droit.

C'est une interprétation extrêmement restrictive de la loi et elle forcera des employés administratifs, des médecins des famille et toute autre personne éventuellement impliquée dans la fourniture d'avortements procurés dans le cadre du service public ou médical à participer plus ou moins directement au crime.

Source : blog de Jeanne Smits

L'Espagne résiste toujours et encore à la nouvelle loi sur l'avortement

Avec l'entrée en vigueur de la loi sur l'avortement en Espagne, qui autorise depuis le 5 juillet « l'interruption volontaire de grossesse » à la demande pendant un délai de 14 semaines de gestation, les registres régionaux des médecins objecteurs de conscience se créent ou s'étoffent. De son côté le gouvernement de Valence prévoit de montrer des photos d'avortements à celles qui hésitent

Entrée en vigueur de la loi sur l'avortement en Espagne : les régions se rebellent

Plusieurs régions espagnoles se rebellent contre la nouvelle loi dépénalisant l'IVG, dont l'application reste suspendue à une décision du Tribunal constitutionnel.

Espagne: nouvelle manifestations contre la nouvelle loi sur l'avortement

Des milliers de manifestants ont protesté samedi contre la nouvelle loi sur l'avortement, à Madrid, en Espagne devant le siège de la plus haute juridiction espagnole pour protester contre l'entrée en vigueur lundi d'une nouvelle loi, plus libérale, sur l'avortement.

L'opposition espagnole dépose un recours contre le projet de loi sur l'avortement

L'opposition de droite a déposé mardi un recours auprès du Tribunal constitutionnel contre la nouvelle loi espagnole légalisant l'interruption volontaire de grossesse (IVG), a annoncé le Parti populaire (PP). Les conservateurs du PP estiment que le nouveau texte, qui autorise les femmes à avorter librement jusqu'à 14 semaines de grossesse, est contraire à l'article 15 de la Constitution qui reconnaît que "tous ont droit à la vie", selon un communiqué émis par le parti.

Une remise de 10 à 35% pour les ados en Andalousie

En Andalousie, les jeunes titulaires du « carnet jeune » (carné joven) local réservé aux personnes de 14 à 30 ans inclus offre de nombreux avantages, réductions et autres bons plans. Infocatolica signale que parmi ceux-ci, se trouve désormais l’avortement au rabais dans diverses cliniques de la région : de 10 à 35 % de remise sur l’addition selon les établissements…

Plusieurs groupes pro-vie ont protesté contre ces incitations à avorter tout en signalant qu’elles sont dans la logique de la « loi d’avortement la plus radicale de toute l’Europe » qui doit entrer en vigueur dans moins de trois mois.

L’institut andalou pour la jeunesse (IAJ) demande si les responsables du carnet jeune vont aussi penser à offrir des prix pour les consultations pyschologiques à destination des jeunes qui auront avorté, pour venir au secours des dépressions, des problèmes de manque d’estime de soi et d’autres problèmes liés au syndrome post-abortif…

Source : leblogdejeannesmit, Infocatolica 

Espagne : 19 mois de prison pour tentative d'imposer un avortement sur une employée

Un responsable du recrutement de Gérone (Espagne) a été condamné à 19 mois de prison et 6.000 euros de dommages et intérêts pour avoir tenté d'obligé une serveuse à avorter si elle voulait conserver son emploi dans son restaurant mexicain. Le tribunal pénal a jugé que le supérieur hiérarchique, en refusant de lui renouveler son contrat, s'était rendu coupable de pressions indues et qu'il avait tenté de porter atteinte à un « droit fondamental » de l'employée.

Le jugement constate qu'elle fut « sur le point » de le faire, mais que, saisie de « beaucoup de doutes », elle finit par décider de garder son enfant : au moment de renouveler le contrat, son employeur lui signifia qu'elle pouvait partir et lui présenta un solde de tous comptes de… zéro euro. La jeune femme eut recours à un syndicat et obtint 2.000 euros pour solder son contrat, sans renoncer à porter plainte pour traitement discriminatoire du fait de son sexe et de sa grossesse.

Source : Le blog de Jeanne Smits, traduit de El Mundo

600 000 personnes défilent à Madrid contre l'avortement

Malgré un temps couvert et menaçant, le 7 mars, à Madrid, plus de 600 000 personnes (selon les organisateurs) ont répondu présent à l'appel lancé par plus de 270 organisations pour manifester contre la loi récemment approuvée par le parlement et signée par le roi.

Un des objectifs de la manifestation est : "d'attirer l'attention de l'opinion publique étrangère sur la menace qui pèse sur la vie en Espagne depuis l'approbation d'une loi qui établit l'avortement pour toutes, y compris pour les filles de 16 ans, introduit l'endoctrinement pro-mort à l'école, crée des registres de fichage des objecteurs de conscience dans les hôpitaux et instaure l'enseignement des techniques d'avortement dans les facultés de médecine".

Nouvelle manifestation contre la loi libéralisant l'avortement à Madrid

Plusieurs milliers d'opposants à l'avortement ont défilé dimanche à Madrid aux cris de «oui à la vie, non à l'avortement» pour protester contre la récente adoption en Espagne d'une loi légalisant l'interruption volontaire de grossesse (IVG). Ils ont réclamé l'abrogation de cette loi autorisant désormais les femmes espagnoles à avorter jusqu'à 14 semaines de grossesse.

Syndicate content