60e anniversaire de la Déclaration des Droits de l'Homme et avortement

PDF versionPDF version

Le 10 décembre prochain, à l’occasion du 60ème anniversaire de la déclaration des droits de l’homme, des organisations militant pour l’avortement tenteront d’obtenir par pétition que l’assemblée générale de l’Organisation des Nations Unies ajoute l’avortement aux droits universels de l’homme.

Une coalition de mouvements de défense de la dignité de l’homme et de la vie organise un mouvement contraire, notamment au nom de la non-ingérence. Elle vient de lancer un appel planétaire pour demander que les Droits de l’homme garantissent la dignité, la vie et l’intégrité de toute personne humaine et la protection de la famille.

Cet appel pour la vie sera présenté le 10 décembre prochain lors de l’assemblée générale de l’ONU.

Un appel qui a déjà été signé par plus de 60.000 personne, un nombre qui augmente chaque jour...Ce, alors que deux mois après son lancement, la pétition pro-avortement avait réuni moins de 600 signatures. Faible comparé aux 17.000 signatures receuillie dès la première semaine.

 

Remarquons que l'article 3 de cette Déclaration stipule que "Tout individu a droit à la vie, à la liberté et à la sûreté de sa personne".

 

Voir et signer l'Appel international pour les droits et la dignité de la personne humaine et de la famille (Français)

 

Voir la Déclaration Universelle des Droits de l'Homme de 1948

Le texte :

Nous, citoyens des États membres des Nations unies, en cette année du 60e anniversaire de la Déclaration des droits de l’homme, adoptée et proclamée par la résolution 217 A (III) du 10 décembre 1948 de l’Assemblée générale des Nations unies,

   
Rappelant que :

la Déclaration universelle des droits de l'homme est l'idéal commun à atteindre par tous les peuples et toutes les nations,

  
Considérant que :

les droits de l’homme, la dignité, la liberté, l’égalité, la solidarité et la justice constituent le patrimoine spirituel et moral sur lequel est fondée l’union des Nations,

Insistons pour que :

soient pris dûment en considération : 

  
1. Le droit à la vie de tout être humain, de la conception à la mort naturelle, chaque enfant ayant le droit d’être conçu, de naître et d’être élevé dans une famille, fondée sur le mariage entre une femme et un homme, la famille étant l’unité de base naturelle et fondamentale de la société.

2. Le droit pour chaque enfant d’être élevé par ses parents qui ont, par priorité, le droit fondamental de choisir le genre d’éducation à donner à leurs enfants.

En conséquence, nous demandons :

à tous les gouvernements d’interpréter convenablement la Déclaration universelle des droits de l’homme de sorte que :

Tout individu a droit à la vie, à la liberté et à la sécurité de sa personne (Article 3).

A partir de l'âge nubile, l'homme et la femme, sans aucune restriction quant à la race, la nationalité ou la religion, ont le droit de se marier et de fonder une famille. 
(Article 16).

La famille est l'élément naturel et fondamental de la société et a droit à la protection de la société et de l'État (Article 16).
 
La maternité et l'enfance ont droit à une aide et à une assistance spéciales
(Article 25).
  
Les parents ont, par priorité, le droit de choisir le genre d'éducation à donner à leurs enfants (Article 26).

 

Sources : CNSNews,