Menace d'avortements légaux définitivement écartée en Uruguay

PDF versionPDF version

Réunis en Congrès les députés et sénateurs uruguayens n'ont pas obtenu les 60% de voix nécessaires pour obtenir la légalisation de l'avortement : le président socialiste Tabare Vasquez avait opposé son veto la semaine dernière à cette proposition de loi. Rappelons que les parlementaires avaient approuvé ce projet de loi dite de "santé reproductive et sexuelle" à 17 voix contre 13 par le Sénat et à 49 voix contre 48 par l'Assemblée. Le veto présidentiel les obligeait à revoter et à obtenir 60% des voix.

 

« En faisant usage de cette faculté que la constitution lui concède, explique Fabiola Morali, Vásquez s’est imposé face à l’énorme pression de son parti qui avait unanimement approuvé la motion. » La vice-présidente rappelle que « depuis son accès à la présidence en 2005, Vásquez avait annoncé plusieurs fois qu’il interdirait toute loi qui approuve l’avortement. En mars 2006, il avait même menacé de dissoudre les chambres législatives si elles insistaient pour approuver cette proposition ».

Quelques mois avant la fin de son mandat et sans appui pour une nouvelle candidature, le camp pro-avortement pensait que Vásquez aurait été plus sensible à la pression et aurait cédé facilement. Mais le président n’a pas cédé.

Mgr Pablo Galimberti, évêque de Salto, a affirmé que le geste du Président est « prometteur ». Il représente « un oui à la vie humaine depuis ses premiers battements. Un oui à l’avenir des enfants qui naîtront encouragés par ce geste. Un oui aux mères qui ressentiront mieux leur responsabilité de mener une grossesse jusqu’à son terme ». « Quand la vie humaine est dévaluée, manipulée et monnayée, la réaffirmation du droit inné de naître est prophétique » a-t-il ajouté.

La décision courageuse du président Vásquez rappelle le choix analogue du roi Baudouin de Belgique, refusant de promulguer une loi libéralisant l’avortement. Deux gestes prophétiques qui resteront dans l’histoire. 

 

Source :  Fides via LibertéPolitique, Gènéthique.org