La corrélation entre suicide et avortement

PDF versionPDF version

En 1997 sort une étude finlandaise qui montre une corrélation entre taux de suicide et avortement.
Alors que le suicide moyen annuel des femmes en Finlande est de 11,3 pour 100 000, celui des femmes ayant avorté est de 34,7, soit trois fois supérieur. Il est de 18,1 en cas de fausse couche, et de 5,9 lorsqu'il y a naissance.
Cette étude a été réalisée dans l'année suivant l'avortement. Il y est aussi mentionné que les chiffres sont pires encore pour les adolescentes.
Pour cette même étude, 60% des femmes qui expérimentent des séquelles post-avortement ont des pensées suicidaires. 28% font des tentatives et 14% font une deuxième tentative. Des chiffres confirmé par l'institut américain Elliot Institute. Or plus de la moitié des femmes expérimentent des séquelles post-avortement plus ou moins graves.
Une étude qui n'a pas eu l'écho attendu : "Il y a cinq ans, lorsque les finlandais ont publié la seule étude impeccable du taux de mortalité basée sur les enregistrement des caisses d'assurance maladie, les résultats ont été complètement igoré par les partisans de l'avortement. Si ces résultats avaient été à l'opposé, ceux-ci l'auraient crié sur les toits. Mais comme le lobby du contrôle de la population est soucieux de voir légaliser l'avortement dans les pays en voie de développement, ils ont grand intérêt à propager le mythe que l'avortement est plus sûr que la maternité, aussi les résultats ont été ignorés." s'exclame ainsi un auteur d'une étude similaire.

L'étude californienne sur 173 000 femmes confirme cette tendance, avec un taux de mortalité dans les deux ans suivant l'avortement fait plus que doubler (24,9 pour 100.000 contre 62,8 pour celles qui avaient eu un avortement). La mortalité est aussi plus forte dans un horizon de 8 ans.
Les raisons invoquées sont les suicides, l'augmentation des comportements à risques type alcool ou drogues, qui peuvent faire suite à des dépressions.

Enfin, une étude suédoise révèle que le taux de mortalité associé à l'avortement est de 40 décès pour 100 000 avortements, soit un taux deux fois supérieur à celui de l'accouchement. Cette étude ne comprend pas seulement le taux de suicide, mais prend en compte toutes les causes de mortalité.

Sources :

“Suicides after Pregnancy in Finland, 1987-94: Register Linkage Study.” By Mika Gissler, Elina Hemminki, & Jouko Lonnqvist. British Medical Journal, December 7, 1996.

 "Information on suicides in women of reproductive age was linked with the Finnish birth, abortion, and hospital discharge registers to find out how many women who committed suicide had had a completed pregnancy during her last year of life. … There were 73 suicides associated with pregnancy, representing 5.4% of all suicides in women in this age group. The mean annual suicide rate was 11.3 per 100 000. The suicide rate associated with birth was significantly lower (5.9) and the rates associated with miscarriage (18.1) and induced abortion (34.7) were significantly higher than in the population."


“Deaths Associated With Pregnancy Outcome: A Record Linkage Study of Low Income Women.” By David C. Reardon and others. Southern Medical Journal, August 2002, Pages 834-841. Lire (pdf en anglais).

Le traumatisme post-avortement
, par le Docteur Florence Allard et Jean-Régis Fropo.