Première conférence des étudiants pro-vie : un succès

PDF versionPDF version

Avec un nombre de participants compris entre 150 et 200 personnes, la toute première conférence des étudiants pro-vie (EPV) a rencontré un franc succès.

Objectif : informer et former sur l'avortement une nouvelle génération, aujourd'hui étudiante, sur le modèle des étudiants pro-vie américains, très actifs outre-Atlantique, et ayant un peu essaimé hors des frontières états-uniennes.

Se précise d'ailleurs lors de cette conférence l'évolution des mouvements pro-vie, d'un positionnement autrefois très religieux à un positionnement désormais plus rationnel, sans renier toutefois les religions, en particulier la religion chrétienne, terreau de la plupart des mouvements pro-vie.

Une réunion qui pointe du doigt le rajeunissement des mouvements pro-vie, alors que les mouvements opposés, issus de mai 68  viellissent incontestablement.

Prenant des notes, les participants se sont montrés particulièrement attentifs. Il faut dire que la conférence de madame Cécile Bonavia, professeur de philosophie et membre de la fondation Jérôme Lejeune fut très complète. Il s'agissait en effet de revenir sur les définitions et statistiques de base sur l'avortement, ainsi que de s'arrêter sur les arguments en faveur de l'avortement. A titre d'exemple, il fut rappelé que l'embryon n'est scientifiquement pas une partie du corps de la mère mais bien un organisme propre, mettant à mal le slogan bien connu "mon corps m'appartient".

Sur la difficile question de l'embryon, et après avoir fait part de nombreux arguments et questionnements quant à son statut, madame Bonavia a voulu en appeler au principe de précaution : ne pas s'engager dans cette pente plutôt que de risquer de porter atteinte à la dignité d'un être humain.

Promesse fut faite de renouveler l'opération...

De notre envoyé à la réunion des EPV.