Les grossesses précoces préoccupent le ministre français de l'éducation

PDF versionPDF version

Le ministre de l'Education réfléchit à un système permettant aux jeunes filles de se procurer un contraceptif auprès d'un médecin, gratuitement et anonymement. La création par Ségolène Royal des «chèques contraception» pour limiter les grossesses précoces en Poitou-Charentes n'en finit pas de susciter des réactions. Très opposé à la proposition lancée en novembre dernier par l'ex-candidate à la présidentielle, Luc Chatel juge cependant le sujet de la contraception des jeunes filles mineures préoccupant.

Hausse des avortements : Les mineures représentaient 6 % des femmes ayant eu une IVG en 2007.

En France, malgré la consommation de contraception la plus importante d'Europe, le recours à l'avortement s'élève à un peu plus de 200 000 IVG par an. En légère hausse en métropole depuis le début des années 2000, il a surtout tendance à augmenter chez les moins de 20 ans. Selon la dernière étude de la Drees (Direction de la recherche, des études, de l'évaluation et des statistiques), cette augmentation semble se stabiliser en 2007. Les mineures représentaient 5 % des femmes ayant recours à une IVG en 2001 et 6 % en 2005, 2006 et 2007. Lors de cette dernière année, 12 560 jeunes filles de 15 à 17 ans et 850 de moins de 15 ans ont subi une interruption de grossesse. Des chiffres jugés inquiétants par des associations aussi opposées que l'Alliance pour les droits de la vie et l'Union des familles laïques (Ufal). Lundi, l'Ufal a appelé à la mise en place «d'un plan ambitieux d'information sexuelle dans les collèges et de développement des centres de Planning familial sur l'ensemble du territoire».

Le «kit contraceptif» lancé par Ségolène Royal pour lutter contre ces grossesses précoces dans sa région prévoit pour sa part des chèques pour une consultation chez le médecin et pour se procurer gratuitement la pilule. Il est distribué par les infirmières scolaires. «Le rôle de l'Éducation nationale n'est pas de se substituer au Planning familial, seul à même de proposer aux mineurs un moyen contraceptif sans l'avis de leurs parents», avait tempêté Luc Chatel en novembre.

Source : Le Figaro