L'avortement (IVG) chez les mineur

PDF versionPDF version

Suite à des question d'une internaute, nous publions la réponse envoyée, pour faire l'état des lieux de l'avortement chez les mineurs.

Quels facteurs socio culturels peuvent expliquer un taux d' avortement plus élevés chez les adolescentes ?

Une des théorie avancée est socio-psychologique : les jeunes tombent enceinte pour être remarquées. Trop souvent les enfant sont délaissés par leurs parents, les deux parent travaillant et rentrant tard à la maison (mais pas forcément que les parents d'ailleurs). Je ne sais pas ce qu'elle vaut, mais je la trouve intéressante d'un point de vue psychologique.

Cependant, il semblerait que la plus grande explication soit sociétale : la tombée des limites imposées jadis par la société sur la sexualité des mineurs couplé au matraquage audiovisuel véhiculant une certaines image de l'amour et de la sexualité, où les couples se font et se défont explique facilement ce taux. On pourrait citer des séries comme Desesperate Houswives.

J' imagine que la cause peut en être aussi un manque d' information et de prévention sur la contraception

En fait, non. C'est pourtant rabâcher, mais l'éducation sexuelle et la contraception n'ont jamais réduit le nombre d'avortements. Pour l'éducation sexuelle, elle est souvent une incitation à une sexualité précoce : "faites ce que vous voulez, mais mettez un préservatif et utilisez la contraception", avec des explications qui suscitent en fait l'intérêt. Cette sexualité précoce augmente le taux de grossesse chez les mineurs et donc d'avortement. Les jeunes se sentent à 100% protégés par une contraception qu'ils oublient souvent (et qui n'est pas efficace à 100%). Un exemple édifiant : celui de l'éducation sexuelle à l'anglaise, fiasco sans précédent dans le pays des leader d'avortement chez les mineurs. Le tabou imposé jadis par la société était bien plus efficace. De nouvelles campagnes aux États-Unis ont eu du succès...mais elles prônaient la chasteté (imparable, cela dit!).

Par ailleurs l'utilisation de contraception met les femmes (peut-être moins le cas des ados) dans une situation de refus d'avoir un enfant. Le taux d'avortement s'en trouve ainsi considérablement augmenté en cas de grossesse. Le taux de femmes avortant face à une grossesse imprévue est ainsi considérablement plus fort chez les femmes utilisant la contraception par rapport aux femmes ne désirant pas d'enfant, mais n'utilisant pas ou peu la contraception (et donc d'une certaine manière envisageant par avance une grossesse).

Cela dit, vous entendrez un autre son de cloche au planning familial, mais le taux d'avortement, stable malgré la hausse considérable de la contraception en France, un des pays connaissant le fort taux de contraception (90%) leur donne tort...

Quelles sont les démarches à suivre pour une adolescente qui souhaiterait se faire avorter : doit elle prévenir ses parents ?  Y a t il un accompagnement psychologique ?

Les jeunes de moins de 16 ans doivent avoir le consentement parental pour avorter. A plus de 16 ans, elles doivent être accompagnées d'un majeur de leur choix (plutôt facile, donc). Quant à l'accompagnement psychologique, il est très mauvais (cf. ici).