« Non à la 5e IVG ! »

PDF versionPDF version

Le Dr Nken, gynécologue obstétricien de l'hôpital vitryat dans le nord de la France refuse rarement une IVG. Il cite cependant l'exemple d'une poignée de femmes, âgées de 22 à 33 ans, qui ont recours régulièrement à l'avortement. « Après une, voire deux IVG pratiquées sur une même personne, je pose un implant contraceptif ou un stérilet, la pilule n'étant visiblement pas utilisée correctement. Si la jeune fille revient quelques mois plus tard pour enlever ce moyen de contraception et qu'elle retombe enceinte, je refuse alors de mettre fin à sa grossesse. Mardi, j'ai renvoyé une femme qui avait déjà subi 4 IVG. Elle attendait des jumeaux et elle voulait se faire avorter une cinquième fois. J'ai dit non et je l'ai envoyée voir quelqu'un d'autre !» Le gynécologue martèle : « L'IVG n'est pas un moyen de contraception ».

Source : L'Union