Confidence d'un ancien directeur d'hôpital

PDF versionPDF version

Un ancien directeur d’hôpital qui se confie, c’est rare. Mais alors, quand il lâche une bombe, on reste sidéré : « Les interruptions volontaires de grossesses, ce sont presque toujours les médecins étrangers qui s’y collent ! me dit hier celui qui pilota 8 ans un établissement public. A l’hôpital, aucun gynécologue obstétricien titulaire, ou presque, n’est spontanément volontaire pour pratiquer un avortement. C’est la dernière roue du carrosse. Beaucoup n’hésitent pas à invoquer leur clause de conscience pour se défiler, martelant que ce serait contraire à leur déontologie médicale… »

Source : blogs.l'express